L'Étiopathie

Méthode nouvelle

l'Étiopathie est une méthode nouvelle d'analyse des pathologies, permettant d'atteindre un niveau de précision et de pertinence jusqu'à présent inédit dans l'établissement des diagnostics.

Fruit de plus de vingt ans de recherches de Christian Trédaniel, qui participa aussi quelque temps aux débuts de l'ostéopathie française, l’Étiopathie lui doit également son nom. Le terme d'ostéopathie était devenu à ses yeux trop flou car regroupant trop de pratiques différentes, toutes fragmentaires et restreintes à un nombre de pratiques manuelles plus ou moins limité.

Du grec aïtia "cause" et pathos, "souffrance", le terme "Étiopathie" entend bien souligner l'originalité de cette méthode qui, face à une pathologie, s'attache en priorité à en déterminer la cause plutôt que d'en supprimer directement les effets — douleurs, inflammations, blocages, etc. — car pour l’Étiopathie, seule la suppression de la cause empêchera l'effet de se (re)produire. Il s'agit là d'une approche fondamentalement différente de celles des autres méthodes existantes qui, pour la majorité, suppriment souvent ces mêmes effets visibles et mesurables, mais, ne remontant pas à leur véritable origine, exposent les patients à de nombreuses rechutes.

Ainsi, la pertinence inégalée du diagnostic étiopathique permet aux praticiens étiopathes de soigner eux-mêmes la plupart des pathologies courantes par traitement exclusivement manuel, donc sans médicaments ni effets secondaires, tout comme elle leur permet de réorienter immédiatement un patient, dans les cas où d’autres méthodes sont requises, vers le traitement adapté.

Une telle approche dépasse largement le cadre des seules thérapies manuelles. Il n’est plus possible de l’ignorer.


Approche systémique

Les diagnostics classiques s'attachent à la partie du corps où siège la souffrance, le trouble, l’invalidité. Une batterie d'examens complémentaires permettent d'établir très précisément l'état des lésions. Mais ces diagnostics restent attachés à cette seule partie, ce pourquoi la médecine est subdivisée en spécialités et ceux qui l'exercent se cantonnent de plus en plus (on manque de généralistes !) à une seule spécialité, à un seul secteur du fonctionnement du corps humain : gastro-entérologue pour l'appareil digestif, cardiologue pour le cœur et la circulation sanguine, pneumologue, rhumatologue, ORL etc. : c'est ce que l'on appelle une approche analytique du corps humain.

Le diagnostic étiopathique, quant à lui, va au-delà de la seule partie atteinte et permet d'identifier l'origine de la perturbation et de comprendre ce qui l'a causée.

Cette analyse causale est possible parce que le corps humain est cette fois appréhendé et étudié comme un ensemble de systèmes en interaction permanente, à la fois entre eux et avec le milieu qui les entoure. C'est ce qu'on appelle l'approche systémique du corps humain.

C'est sur cette approche qu'a été élaborée la méthode étiopathique, méthode qui permet entre autres d'appliquer la cybernétique à la physiologie humaine. C'est sur elle que se fonde la formation rigoureuse et particulièrement originale que reçoivent les étiopathes. C'est elle, enfin, qui permet à l’étiopathe d'identifier l'origine des symptômes, et dans une majorité de cas, car les pathologies provocant des atteintes irréversibles sont heureusement rares, d'appliquer le geste pertinent qui supprimera leur cause.

Révolutionnaire mais traditionnelle

La méthode étiopathique a instauré une nouvelle méthodologie scientifique et inauguré une nouvelle façon d'appréhender les pathologies humaines. Elle permet d'élargir le champ d'action des traitements manuels, jusqu'alors principalement circonscrit aux affections articulaires et musculaires, et traite de nouvelles pathologies avant elle inaccessibles aux interventions manuelles, tels que les troubles fonctionnels, circulatoires, gynécologiques, digestifs et ORL. 

Inscrite dans une démarche d'efficacité et de bon sens, l'Étiopathie a recueilli l'héritage de pratiques qui ont fait leurs preuves depuis des siècles sur les articulations et les viscères notamment. Suite à leur encadrement méthodique et à leur mise en perspective épistémologique, elle permet aujourd'hui à des centaines de praticiens de soulager efficacement, durablement et sainement, leurs patients. 

Complementaire de la médecine classique

Même si sa méthode lui permet de repousser sans cesse les limites de son champ d’investigation, l'Étiopathie circonscrit en permanence son champ d'intervention.

Fidèle aux principes de rigueur et de transparence qu'elle s'est elle-même fixés, l’Étiopathie réservera toujours ses interventions à un nombre précis de pathologies, parfaitement décrites et accessibles, et dont le nombre progresse encore grâce à la recherche fondamentale et au développement de sa méthode. 

Vouée aux pathologies fonctionnelles, elle intervient en particulier là où les thérapies médicamenteuses peuvent s'avérer surdimensionnées, voire porteuses de dommages collatéraux tels qu'effets secondaires, accoutumances, inefficacité, etc. 

L'Étiopathie ne saurait guérir les maladies dégénératives, ni soigner les graves affections microbiennes qui nécessiteront toujours des antibiotiques, et encore moins se substituer à la chirurgie, dont elle reste la modeste illustration non instrumentale. Dans tous ces cas, un étiopathe réoriente immédiatement son patient vers le médecin compétent

Néanmoins, dans certains cas bien précis, elle peut aussi intervenir de façon complémentaire pour les maladies qui sortent de son domaine d'application (diabète, cancer, hypertension, dépression), et qui relèvent d'un traitement substitutif ou palliatif. Cela une concerne une minorité de cas, et le médecin traitant en est informé.